Isabelle Thomas

Mme Thomas est professeure titulaire à l’École d’urbanisme et d’architecture du paysage de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. Ses réalisations s’arriment à la recherche centrée sur l’urbanisme durable, sur la planification environnementale ainsi que sur les enjeux de vulnérabilité, de gestion de risques et d’adaptation aux changements climatiques pour construire des communautés résilientes face aux risques naturels et anthropiques. Depuis son arrivée en 2007 à l’université de Montréal, Mme Thomas a été associée à de nombreux projets de recherche, en particulier avec la collaboration du Ministère de la sécurité Publique. Ses contributions les plus importantes concernent l’élaboration d’une méthode d’analyse de la vulnérabilité sociale et territoriale aux inondations en milieu urbain. Elle s’investit également dans les stratégies concernant la construction innovante de quartiers résilients. Ses résultats se situent au carrefour de la recherche d’action et de la recherche fondamentale. Le dernière livre qu’elle a codirigé : La ville résiliente : comment la construire? (PUM) explique les conditions fondamentales pour établir des collectivités résilientes. Elle a créé en 2020 l’équipe de recherche ARIACTION qui permet de constituer un réseau d’experts locaux et internationaux visant en particulier à un partage de connaissances des meilleures pratiques en termes d’aménagement résilient du territoire.

  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir LinkedIn Icône

Aglaé casault

Diplômée de l’École d’urbanisme et d’architecture du paysage de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal, Aglaé Casault occupe le poste d’agente de recherche au sein de l’équipe ARIAction. Elle a fait ses débuts en travaillant sur le développement de stratégies d’actions de communication du risque, mené en collaboration avec le ministère de la Sécurité publique. Elle a travaillé sur l’élaboration d’outils de communication, dans l’optique d’augmenter la résilience au sein de communautés pilotes. La connaissance du risque est le premier pas vers la résilience. Elle croit qu’il convient donc de réfléchir à de nouvelles approches pour sensibiliser la population aux risques liés aux inondations. Ces recherches ont suscité chez elle un intérêt grandissant à étudier la façon dont nous pouvons repenser la relation entre le développement urbain et le réseau hydrique, tout en favorisant le sentiment de connexion des communautés riveraines avec celui-ci.

95810406_239444020634146_240575810902582
  • Noir LinkedIn Icône

RIM CHEHAB

Après l’obtention de son baccalauréat en génie civil de Polytechnique Montréal, Rim décide de compléter sa formation par une maîtrise en urbanisme à l’Université de Montréal. Elle intègre l’équipe ARIAction motivée par son désir de contribuer à la recherche de solutions innovantes pour une transition des villes vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement et socialement équitables. Ses intérêts, tout aussi variés que complémentaires, portent sur la résilience des villes aux dérèglements climatiques, les enjeux d’équité territoriale et de démocratie participative, ainsi que l’informalité urbaine. Elle est titulaire d'une bourse MITACS pour un projet réalisé conjointement avec l'organisme à but non-lucratif WWF-Canada. Elle est également lauréate de la Bourse d'Excellence Urbaine 2021 de l'Observatoire Ivanhoé Cambridge pour l'excellence de son dossier académique et la pertinence de son projet de maîtrise.

  • Noir LinkedIn Icône

ANNE-LAURE FAKIROFF

Diplômée de l’Université Paris-II Panthéon-Assas après trois ans de droit, Anne-Laure poursuit une Maitrise en urbanisme à l’Université de Montréal. Interpellée par les enjeux environnementaux auxquels sont confrontées les villes dans un contexte de changements climatiques, elle se passionne pour les questions relatives à la résilience urbaine et intègre l’équipe ARIaction. Elle s’intéresse tout particulièrement à la règlementation en matière de gestion des risques. L’étude et l’analyse comparée des méthodes employées par différents pays l’amènent à formuler des propositions innovantes et touchant aux divers aspects de la gestion du risque d’inondation. Elle travaille principalement sur le projet de la Communauté Métropolitaine de Montréal relatif à l’encadrement des analyses de risques et de vulnérabilités.

  • Noir LinkedIn Icône

ALEXANDRE GAGNON

Diplômé d’une maîtrise en environnement et développement durable et d’un baccalauréat en urbanisme à l’Université de Montréal, Alexandre Gagnon travaille en tant que professionnel de recherche dans l’équipe ARIAction. À travers ses travaux, Alexandre Gagnon vise à rendre les communautés mieux outillées et plus résilientes face aux inondations. Afin de mener à bien cette démarche, des analyses utilisant des systèmes d’information géographique (SIG) et des indicateurs sont réalisées en complémentarité avec une approche collaborative impliquant les acteurs locaux et citoyens. Cela permet de dresser un portrait complet et nuancé à la fois des enjeux, des obstacles et des opportunités en matière de résilience et d'adaptation.

96080322_234204097809466_660504810220001
  • Noir LinkedIn Icône

Sarah Rosillette

Après l’obtention de son baccalauréat bidisciplinaire en Démographie et Géographie, Sarah poursuit une Maitrise en Urbanisme à l’Université de Montréal. Elle intègre l’équipe Ariaction, passionnée par la thématique de la résilience urbaine. Elle s’intéresse particulièrement à l’adaptation des espaces face aux enjeux environnementaux et au dérèglement climatique et est, ainsi, portée par la volonté de contribuer à la recherche de solutions adaptées et innovantes. D’autre part et de manière plus globale, le développement durable, les enjeux démographiques, les thématiques de mobilité et d’accessibilité, la règlementation ainsi que la préservation du patrimoine sont autant de sujets d’intérêt à travers son parcours.

  • Noir LinkedIn Icône

Santiago varsi

À la suite de l’obtention de son diplôme de baccalauréat en Urbanisme à l’Université de Montréal, Santiago entreprend une Maîtrise en Aménagement au sein de la même institution. Intéressé par la relation entre les centres urbains et l’hydrographie, il joint l’équipe d’ARIAction afin d’étudier les possibilités d’adaptation aux changements climatiques et d’aménagement durable des villes. Ses intérêts principaux sont la gestion des eaux, le design de l’environnement ainsi que la mobilité urbaine.

  • Noir LinkedIn Icône

Diplômée de l’Université Paris-Sorbonne en aménagement du territoire, Lise Walczak poursuit un doctorat à l’Université de Montréal sous la direction du professeur Gérard Beaudet. Ses recherches portent sur le lien entre métropolisation et patrimonialisation de la banlieue d’après-guerre. En parallèle, elle intègre l'équipe d'ARIAction afin d'étudier les problématiques liées à la préservation du patrimoine et l'adaptation aux changements climatiques.

LISE WALCZAK

  • Noir LinkedIn Icône

Avec un diplôme en baccalauréat de l’urbanisme à l’Université de Montréal et maintenant en voie de terminer sa maîtrise en urbanisme, Yi Chuan s’est spécialisé sur les questions touchant l’aménagement urbain ainsi que les aspects réglementaires qui l’encadrent. Depuis 2018, il travaille comme auxiliaire de recherche au niveau de la géomatique au sein de l’équipe avec Isabelle Thomas, notamment en ce qui a trait à la cartographie des zones inondables et de la représentation visuelles des vulnérabilités sociales et territoriales. En plus de participer aux projets T-REX et de la MRC de Memphrémagog, Yi Chuan joue également un rôle de soutien dans d’autres travaux de recherche menés par l’équipe ARIaction en collaboration avec ses partenaires. Devant les défis apportés par les changements climatiques, son objectif est de pouvoir contribuer activement à l’amélioration de la résilience des municipalités face aux risques naturels par le biais de propositions de solutions concrètes aux problématiques identifiées à travers des méthodes de recherche innovantes.

YI CHUAN WANG

95655696_882127692302633_520083572332586
  • Noir LinkedIn Icône

Possédant un mineur dans trois disciplines à la Faculté d’aménagement à l’Université de Montréal, soit en Urbanisme, en Art et Science ainsi qu’en Architecture de paysage, Zhonghua s’intéresse à la résilience urbaine et au développement d’outils d’adaptation aux changements climatiques, ce qui l’a amené récemment à se joindre à l’équipe de recherche ARIaction afin de contribuer aux efforts de développement de nouvelles stratégies innovantes face aux différents risques sur les territoires. Son bagage multidisplinaires permet d’amener de nouvelles visions aux projets en cours et à venir, contribuant ainsi à alimenter les réflexions sur différents enjeux au niveau social, mais aussi territorial.

ZHONGHUA WEI

Zhonghua Wei portrait.jpg

ANCIENS MEMBRES DE L'ÉQUIPE DE RECHERCHE

Amélie Audry-Bertaigne

C’est après cinq années d’étude en Sciences de l’environnement qu’Amélie décide d’explorer l’univers plurisectoriel de l’Urbanisme à travers la maîtrise de l’Université de Montréal. Préoccupée par les enjeux du changement climatique, l’aspect de la participation collective a rapidement pris de l’espace dans ses questionnements. C’est son atelier de fin d’études axé sur l’urbanisme participatif qui confirme ses aspirations et l’oriente vers l’équipe d’Isabelle Thomas, lui permettant d’étudier pendant deux ans les processus de participation et de décision, sujet de son travail de fin de maîtrise. Amélie travaille principalement sur le projet de la MRC de Memphrémagog, tout en étant de soutien pour les autres projets.

  • Noir LinkedIn Icône
95813734_869880926850515_667924383403710
  • Noir LinkedIn Icône

Vincent cameron-trudel

Bachelier en écologie et diplômé à l’Université de Sherbrooke, Vincent poursuit son cheminement en tant que candidat à la maîtrise en urbanisme à l’Université de Montréal. Il s’intéresse au concept de développement durable, particulièrement au volet environnemental et à l’intégration d’infrastructures vertes en ville. Il a la conviction que cette cohabitation avec la nature, combiné au design réfléchi, permet créer des villes plus agréables, fonctionnelles, dynamiques, résilientes, pérennes et du même fait, économiquement performantes. L’aspect multifonctionnel et conséquemment multi-bénéfique des infrastructures vertes représente pour lui l’argument le plus convainquant justifiant ce retour aux sources, où ville et nature ne sont plus en contradiction : « Ces infrastructures de plus en plus populaires sont pleines de potentiels pour la résilience et l'adaptation urbaine à l'égard des changements climatiques. »

95698580_524977761713776_604370079005540